AMÉNOPHIS II

AMÉNOPHIS II

AMÉNOPHIS II

Antiquités égyptiennes
Partager
AMÉNOPHIS II
Artist(s): 

ORIGIN AND DATE:

Nouvel Empire, vers 1439-1401 avant J.-C.
Egypte
Museum collections: 
Paris, musée du Louvre

Material:

Original in quartzite rougeRmn-GP Reproduction in résine patinée à la main

Size:

Height: 27 cm
Width: 20 cm
Depth: 18 cm
Base: 
7 cm
x
12.5 cm
x
12 cm
MUSEUM INVENTORY NUMBER: 
E 10896
RMN-GP reference number: 
RE000065
Price: 
255,00 € TTC

L'original de cette pièce exceptionnelle, chef d'œuvre de la XVIIIème dynastie, est exposé depuis de nombreuses années au Département des Antiquités Egyptiennes ; elle fut acquise par le Louvre en 1900. Le visage de cette tête royale, assez allongé, est enveloppé d'un nemès rayé, coiffure usuelle des sphinx et parant les statues des rois défunts. Elle consistait en une pièce d'étoffe, ornée sans doute de rayures de couleurs, s'évasant de chaque côté des oreilles et retombant sur la poitrine. En arrière, elle se termine par une sorte de catogan. Sur la partie frontale est dressée une large uræus au corps ondulé (cobra femelle), symbole et protectrice de la royauté. Elle s'appuie sur un diadème plat qui cerne la tête, passant au-dessus des oreilles, très hautes et charnues. Les yeux sont allongés, prolongés par une bande de fard ; les sourcils sont stylisés. Ces derniers détails confèrent à l'ensemble une sorte de majesté pensive, que n'arrive pas à démentir la bouche petite et souriante. Mais il faut imaginer ces yeux rehaussés de couleur comme d'ailleurs la statue tout entière. Le menton est rond, prolongé par une barbe postiche finement tressée et attachée par deux cordons mais actuellement brisée. Cette tête provient d'un sphinx comme le prouvent l'inclinaison du nemès et l'amorce horizontale de l'épaule. Actuellement, nous pensons qu'il s'agirait du portrait probable d'Aménophis II, les sculpteurs des ateliers royaux ayant toujours tendance à idéaliser leurs modèles. Les sourcils arrondis, les yeux horizontaux, la bouche petite, l'étroitesse du visage inciteraient à situer cette œuvre d'une grande perfection à la fin du règne d'Aménophis II, le roi célèbre par sa force herculéenne (1450-1425 av. J.-C.) ou peut-être à l'opposé sous le règne de son père Thoutmosis III, le grand conquérant .